9 façons de rater ses investissements digitaux

Beaucoup de jeunes entrepreneurs ont l’impression que l’investissement digital est simple et qu’il est facile de gagner beaucoup d’argent en investissant sur des sites internets. On peut effectivement bien gagner sa vie en investissant sur le web mais il y a de grosses erreurs stratégiques à ne pas commettre.

Les erreurs classiques dans l’investissement digital

Voici ma liste des 9 erreurs à ne pas commettre dans l’investissement digital.

1. Acquérir des sites avant d’en avoir construit soi-même

Afin de mieux comprendre les forces et les faiblesses d’un site internet en vente, vous devez avoir une connaissance minimale de la création et l’animation d’un site internet. Certains sites en vente sur Flippa ou Dotmarket ont l’air d’être des pépites mais ils nécessiteront des heures de travail, mais ils sont bâtis sur un CMS catastrophique, mais certains KPI sont louches… avoir construit et animé certains sites soi-même est indispensable pour faire les bons choix d’investissement digital.

Au final, c’est une excellente nouvelle, car cela empêche les banques d’investir sur les sites de niche, malgré les énormes rentabilités en jeu?

Donc si vous débutez dans le SEO, l’affiliation, etc… attendez d’avoir construit vos sites, récoltés quelques succès avant de vous lancer dans l’investissement digital sérieux. Une fois que vous aurez acquis les connaissances de base en SEO, en affiliation, en UX mais aussi de bonnes connaissances en finance et en marketing, alors vous pourrez passer à la vitesse supérieure en passant à l’investissement digital. Vous pourrez bien sûr sous-traiter certaines tâches à des freelances dans le futur, mais le fait d’avoir ces connaissances de base vous permettra de bien les brieffer et d’éviter les escrocs qui vous factureront 1000 euros pour une tâche qui en vaut 100. (on en connait tous).

Découvrez les erreurs classiques en investissement digital qui peuvent vous conduire dans le mur

2. Se précipiter dans l’achat d’un site

Attention, prenez bien le temps d’étudier les KPI d’un site avant de procéder à son rachat. Les arnaques pullulent sur Flippa et certains prix sont parfois trop hauts sur des sites sérieux comme Dotmarket.

La gourmandise est un vilain défaut ! Je posterai un futur article sur comment reconnaître les arnaques sur Flippa prochainement. Il vaut mieux rater une ou plusieurs bonnes affaires que de sauter à pied joint dans une arnaque et de perdre 10.000€ durement gagnés ou de se lancer dans un investissement qu’on mettra 10 ans à rentabiliser. Un bon investissement digital doit être rentabilisé en 2 ans maximum.

3. Négliger les risques inhérants à tout investissement digital

N’oubliez jamais que le SEO et l’affiliation sont des univers très changeant. Votre investissement doit être rentabilisable même si Amazon décide de baisser ces commissions du jour au lendemain. Votre investissement doit être bon même si le principal annonceur en direct du site décide de ne plus passer d’annonce sur ce site. L’idéal est d’identifier des sites facilement optimisables afin de pouvoir compenser ces potentiels problèmes.

Les risques les plus importants dans l’univers de l’investissement digital sont :

  • les arnaques (sites dont le trafic ou les revenus sont faux ou provenant d’une source non viable).
  • les mises à jour des algorithmes de Google
  • les changements de taux d’affiliation

4. Investir trop sur un site

Les investisseurs digitaux ayant flairé le bon MFA sont souvent pris de folie dans leurs propositions financières et les systèmes d’enchères comme ceux de Flippa les poussent au vice ! Attention, je vous le répète, un site doit être rentabilisable en 2 ans. Si vous le faites en 3 ans, ce n’est pas très grave, mais ne vous trompez pas, certains sites que je vois se vendre toutes les semaines ne sont pas rentabilisables en moins de 10 ans ! Commettez 2 ou 3 fois ce type d’erreur et votre carrière d’investisseur digital s’arrêtera et vous devrez reprendre votre job de consultants ou d’employé.

Le vieil adage selon lequel le profit est réalisé lors de l’achat, et non de la vente, s’applique également à l’investissement digital.

Si vous surpayez votre site, vous devrez :

  • travailler beaucoup plus pour améliorer ses revenus mensuels,
  • attendre beaucoup plus longtemps un retour sur investissement, et cela vous empêchera de racheter des sites “pépites” à forte rentabilité (sauf si vous êtes déjà millionnaire…)

Pour un premier achat, voyez selon vos ambitions et votre compte en banque, mais quoiqu’il en soit, n’investissez jamais plus de 10.000 euros sur un premier achat. Faites vos armes sur des sites à 3 ou 4000€ et une fois que vous aurez compris comment identifier les bons sites et les rentabiliser rapidement, rajouter un 0 !

5. Passer trop de temps sur un site

Une autre erreur classique, particulièrement dans le rachat d’un nouveau site, est de passer trop de temps dans l’amélioration et la monétisation du site.

Un bon investissement est un site qui ne vous prendra que une ou deux heures de gestion par semaine, une fois le site amélioré. J’avais un site qui faisait 10000 euros de profit annuel mais qui nécessitait de poster sur facebook chaque jour, je l’ai revendu : le temps c’est de l’argent et la vie est courte ! Vous ne devez pas être esclaves de vos sites ! Ils doivent continuer à cracher du cash même si vous partez un mois aux Maldives. Evidemment chaque site demande du travail, mais celui-ci doit être au maximum automatisable ou sous-traitable.

6. Ne pas diversifier ses sources de revenus

Tout investisseur digital a un porte-feuille de sites internet. Il est indispensable de diversifier vos sources de revenus ! Quand j’ai laché mon job de cadre sup dans une grosse boite du CAC 40, mes 2 sites me rapportait déjà 10.000 euros par an mais 90% des revenus était lié à l’affiliation.

Aujourd’hui mon porte-feuille de sites me rapporte 100.000 euros par an mais avec seulement 40% de revenus affiliés. J’ai développé la publicité Ezoic, développé la pub en direct, développé d’autres partenaires d’affiliation, créé des marketplaces… etc… Si jamais Amazon baissait de 50% ses commissions, ça m’énerverait mais je ne serai pas du tout dans le rouge, contrairement à de nombreux investisseurs digitaux que je connais.

Donc dans vos rachats, pensez à diversifier vos sources de revenus. Si vous avez déjà beaucoup de MFA Amazon, essayez d’investir dans un magazine ou une forum vivant de la publicité Ezoic par exemple. Si votre but est de vivre de l’investissement digital, vous ne pouvez pas être complètement dépendant des changements de stratégie d’Amazon ou de Google. Vous devez être impacté et pouvoir rebondir, pas coulé en quelques mois.

7. Prendre cela pour un hobby

Même si l’investissement digital peut se faire à tout niveau (vous trouverez des sites internets en vente entre 100€ et 1.000.000€ facilement), ce que j’appelle être un investisseur digital est quelqu’un qui vit exclusivement de l’achat/exploitation/vente de sites internet et qui en vit très bien. Un bon investisseur digital doit viser les 100.000 euros de profit annuel, les meilleurs font beaucoup plus.

Et évidemment cela demande des compétences et du temps. Ne prenez pas cela à la légère sinon vous perdrez votre argent ou vous perdrez votre temps, et surtout vous ne vivrez jamais bien de l’investissement digital.

8. Etre trop pressé

Parfois un site a besoin de plusieurs mois pour décoler ou pour retrouver un bon niveau de trafic après une pénalité Google. Un des premiers sites que j’ai racheté était un petit blog d’horlogerie avec environ 200 visites par jour. Je ne l’avais pas payé cher (1500€) mais je n’arrivais pas à le faire décoler (il m’a rapporté 500 euros les 2 premières années). C’est la troisième année que j’ai trouvé quel type de montres exactement promouvoir sur ce blog, j’ai refondu tout le site pour ne promouvoir que cette marque de montre et le site rapporte désormais 9000€ par an depuis 3 ans. La rentabilité du site en 5 ans est de 17000%, allez me trouver cela en bourse, bon courage !

9. S’entêter

Oui je sais, c’est exactement le contraire du paragraphe précédent ! Mais c’est une réalité que les joueurs de poker et tout investisseur connaissent bien ! Quand on a misé sur le mauvais cheval, il vaut mieux prendre ses pertes (revendre le site au plus offrant) même si on perd un peu de sou que de passer son temps à optimiser un site qui n’a pas de potentiel. Votre temps est précieux ! Vous avez besoin de n’avoir que des sites rentables ou à bon potentiel de rentabilité dans votre porte-feuille. Un site qui rapporte peu peut être conservé uniquement si vous ne passez pas une minute dessus. Si vous avez des sites sans potentiel, vendez-les au plus vite.

Leave a Reply

Your email address will not be published.